FRENG

Actualités

Cavalier seul

Publie le 13/06/2017

Depuis la baie d’Audierne, le jeune Méditerranéen mène le bal en ayant choisi de se décaler sous le vent de la route directe vers Belle-Île : Pierre Quiroga possède près d’un mille d’avance sur un trio compact Tabarly-Marchand-Pulvé, alors que la pointe du Skeul au Sud-Est de l’île n’est plus qu’à vingt-cinq milles…

Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) est peut-être en train de réaliser le plus joli coup stratégique de cette 48ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro ! Car après avoir paré la marque Occidentale de Sein en troisième position derrière Erwan Tabarly (Armor Lux) et Julien Pulvé (Team Vendée Formation) avec trois minutes de retard, le Méditerranéen a continué sous spinnaker jusqu’à déborder au large la pointe de Penmarc’h quand ses concurrents envoyaient le génois dans une brise de Nord-Est fraîchissant le long de la côte bigoudène.

La cuillère bretonne

« Le vent est franchement Est : nous sommes donc au près en bâbord amures et on fait tout juste la route vers Belle-Île… C’est encore un bord obligatoire comme hier : il n’y a pas grand chose à faire si ce n’est faire avancer vite le bateau. » indiquait en milieu de matinée Jérémie Beyou (Charal).

Pour autant, les falaises belle-îloises pourrait rendre l’atterrage sur les rives Sud délicates à négocier si au même moment, le vent d’Est à Nord-Est s’écroule vers 14h00 comme annoncé ! Au large soit six milles sous la route directe, Pierre Quiroga qui a déjà tenté un recadrage pour se rapprocher de la trajectoire de ses poursuivants, serait alors moins pénalisé par le dévent de l’île… Et au sein du peloton, le Méditerranéen a fait école puisque plusieurs solitaires ont aussi choisi de glisser sous la route pour faire « la cuillère » lorsque le vent va mollir, à l’image de Théo Mouisson (Theoenfigaro), de Benjamin Augereau (Guadeloupe Grand Large) ou Alexia Barrier (Piqd.com).

Share

Contenus similaires