FRENG

Actualités

Classement Amateurs : des compétiteurs avant-tout !

Publie le 17/06/2017

Si la majeure partie de la flotte est composée de skippers professionnels, neuf d’entre eux, huit hommes et une femme, sont classés comme amateurs sur la 48e édition de La Solitaire URGO Le Figaro. Ces marins, qui n’ont, par définition, pas fait de leur pratique sportive leur métier, bénéficient pour la première fois d’un classement à part entière. Après 3 étapes, c’est le Britannique Hugh Brayshaw qui bénéficie d'une bonne longueur d’avance sur ses concurrents, Yves Ravot étant à 1h. Amateurs, oui, mais compétiteurs avant tout !

Ils sont kinés, cuisiniers, ingénieurs, patrons d’entreprise, lycéens même… Et ils participent à La Solitaire Urgo Le Figaro pour la première, la deuxième voire la 6e fois. Avec une profession à plein temps, le challenge d’être au départ de la course monotype en solitaire est déjà une victoire. Mais ne vous y trompez pas. Ces amateurs sont d’abord de bons marins qui ont pas mal roulé leur bosse sur des courses en équipage, des transats, naviguant pour la plupart depuis de longues années…Ils ont des financements serrés et un temps compté, travail oblige. Yves Ravot a sans doute l’un des plus petits budgets de la course avec un peu moins de 25 000 euros (location du bateau et assurance comprises) mis sur la table, qu’il finance totalement. Sachant qu’un budget pro se situe en 120 et 150 000 euros…

Au classement général provisoire, on notera que ces amateurs se situent entre la 25e et la 43e place et bataillent sur chaque étape pour grappiller du temps sur le petit copain. Eric Delamare (Région Normandie), par exemple, du haut de ces 18 ans, n’est qu’à 14 minutes de la navigatrice Cécile Laguette (Eclisse) dont c’est la deuxième participation cette année. Théo Moussion (#theoenfigaro), également, n’est pas loin du jeune bizuth normand à 8 mn ! Bref, il n’y a pas qu’en haut du classement que la bagarre fait rage. Chez les amateurs, on se confronte aux pros, on a soif d’adrénaline et on devient souvent addict à cette course folle…

Yves Ravot, Hors la Rue : « Je suis dans la bagarre entre la 20e et la 30e place, c’est ce que j’étais venu chercher ! »
« J’ai monté ma boîte d’ingénierie et je basé en région parisienne. Je rêvais de courir en solo. J’ai monté un projet mini transat en 2009, mais mon graal demeurait de participer à LA course la plus dure en solitaire. Je m’éclate à courir, je suis un compétiteur. Je suis dans une vraie bagarre entre la 20e et la 30e place, c’est ce que je suis venu chercher. Je suis plus serein cette année que l’an passé. L’année dernière, je courais partout même aux escales. Yann Eliès est venu me dire que c’était bien ce que je faisais. Ca m’a fait vraiment plaisir. Tous ces marins supers forts sont vraiment accueillants ! C’est une grande famille. Il y a du respect. Et l’association Hors La Rue, Soutien aux mineurs étrangers en difficulté, me porte haut !»

Marc Pouydebat (Auto Malin) : “Mon but : puiser au fond de moi-même”
« Je suis tellement déçu de mon abandon sur la 3e étape qui me faisait tellement envie ! Mais, je suis prêt à repartir sur la dernière étape. Je vais tout donner. C’est mon but, puiser au fond de moi-même sur La Solitaire, arriver crâmé. Tous ces skippers professionnels me tirent vers le haut. Je suis content car je progresse. Sur les deux premières étapes, en 24h-36h, j’étais 30e, donc j’en mettais derrière moi. Avec le travail, c’est vrai qu’un projet Solitaire demande beaucoup de concessions, familiales et professionnelles. Je vis une expérience unique. »

Classement provisoire Amateurs après 3 courses

1. Hugh Brayshaw (The Offshore Academy)
2. Yves Ravot (Hors La Rue) à 01h01
3. Benjamin Augereau (Guadeloupe Grand Large) à 1h06
4. Eric Delamare (Région Normandie) à 2h22
5. Théo Moussion (#theoenfigaro) à 2h30
6. Axel de Blay (Botte Fondations – Naho Consulting) à 6h11
7. Yannig Livory (Lorientreprendre) à 6h35
8. Marc Pouydebat (Auto Malin) à 11h52
9. Nathalie Criou (Richmond Yacht Club Foundation) 1j03

Share

Contenus similaires