FRENG

Actualités

De l’addiction à La Solitaire (2)

Publie le 02/06/2017

Parmi les grands favoris de cette 48ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro, Xavier Macaire (Groupe SNEF) en est à sa 7ème participation avec deux podiums en 2013 et 2015 où il est passé très près de la victoire finale ! Faut-il cumuler les épreuves pour atteindre le Graal de la course au large en solitaire ? Les quarante-sept précédentes courses ne donnent finalement aucun éclairage puisque novice ou vieux briscards se sont succédés sur la plus haute marche du podium…

La Solitaire URGO Le Figaro rend-elle addict ?

« C’est vrai qu’on y revient souvent ! Quand je suis venu la première fois, je croisais des skippers qui avaient dix-douze-quinze éditions dans les pattes… Et je me rends compte que j’entame ma septième participation. Ça passe très vite : on se prend au jeu et on y revient parce que c’est une belle course. Et comme on a envie de la gagner, on y retourne ! Même ceux qui l’ont déjà gagné une fois ou plus y reviennent. C’est vraiment une très belle course. »

Pourtant, plus on y participe, plus la sinusoïde des résultats prend de l’amplitude ?
« Cela dépend pour qui. Quant à moi, la sinusoïde s’élargie un peu avec de très bons résultats et des contre-performances. Certains skippers sont plus réguliers, d’autres sont très variables d’une édition à l’autre que ce soit en haut, en milieu ou en fin de tableau. Personnellement, j’ai un peu touché à tout : deux podiums, une place de 17ème en 2014 et des places dans le « top ten ». C’est plutôt régulier en haut de classement. Aujourd’hui j’ai envie d’être devant : « top ten » pour être satisfait, « top 5 » pour être très content, podium pour faire une grosse fête et victoire pour le summum… »

La première étape est toujours très importante parce qu’elle établit une première hiérarchie…
« Cela dépend des années : il y a des étapes qui creusent les écarts et d’autres qui les compressent. On ne sait jamais, mais quand un coureur finit dixième avec une heure de retard dès la première manche, ça met les boules ! Et quand tu finis troisième et que le 10ème est une heure derrière, tu es content… Il peut y avoir des écarts faibles ou des deltas élevés, mais on constate que depuis trois éditions les écarts sont plutôt importants dès le début de la course et parfois quasiment rédhibitoires. En prenant une heure de retard à la première étape, la suite devient problématique pour accéder au podium final. »

Pourtant à suivre, cela se joue souvent entre les dix premiers avec dix-vingt minutes de décalage et la stratégie se recentre…
« Il n’y a jamais de certitudes selon les éditions et les étapes. On ne peut jamais prévoir ce qui va se passer plus tard. Et presque chaque édition le confirme. »

Cette année, il y a une étape courte en plein milieu du match : qu’en penses-tu ?
« Lors de la dernière édition, le sprint était à la fin et n’a pas changé grand chose. Cette fois, il va non seulement y avoir cassure du rythme, mais aussi des surprises parce qu’il peut y avoir des passages à niveau dans des coins compliqués le long des côtes bretonnes : La Teignouse, Groix… Même si ce type de manche ne fait pas partie de la genèse de La Solitaire, c’est un format compliqué et qui ne me convient pas totalement parce que je suis plutôt bon marcheur sur les grandes manches au large. Et il ne faudrait pas à l’avenir trop compresser la course… »

Et quel que soit ton résultat cette année, tu replongeras à suivre ?
« Je suis obligé de revenir, même si mon objectif à court terme est de participer au Vendée Globe. Mais quoiqu’il arrive, je reviendrais peut-être pas chaque année, mais cette course, je l’ai dans les tripes… C’est aussi une remise à niveau, un moyen de s’entretenir. On est déjà dans la crème de la crème, dans le summum, dans l’élite de la course en solitaire et même s’il y a d’autres courses de très haut niveau, on est dans la course top niveau que tout le monde connaît, que tout le monde respecte, que tout le monde veut gagner ! Et c’est tous les ans, avec une flotte de quarante bateaux. C’est LA super course. »

Share

Contenus similaires