FRENG

Actualités

De vent et derrière

Publie le 12/06/2017

Au bon matin de ce deuxième jour de la deuxième étape de La Solitaire URGO Le Figaro, les quarante-trois skippers ont réussi à passer entre les deux zones interdites définies par la Préfecture Maritime en raison d’un tir de missile ce jour. Sébastien Simon tient toujours la corde d’une flotte qui n’a pas encore d’option à prendre…

Jusqu’au lever du jour, le vent est resté relativement stable pour cette deuxième nuit en mer avec une douzaine de nœuds de Nord-Ouest : la dorsale anticyclonique venue des Açores n’a finalement pas encore eu d’influence sur la progression des quarante-trois solitaires qui n’étaient plus qu’à une cinquantaine de milles de la Chaussée de Sein en fin de matinée. Il faudra tout de même tirer des bords au large de la pointe bretonne en milieu de journée pour parer la bouée occidentale et en pole position, et le leader Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) est probablement le navigateur qui va déclencher le processus…

Qui voit Sein…

Avec plus d’un mille de marge sur Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) et Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) légèrement plus au vent en arrière, le leader qui aligne encore près de cinq nœuds de moyenne a en effet pris l’ascendant car ses plus dangereux concurrents de la première étape, Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) et Nicolas Lunven (Generali) sont respectivement sixième à près de quatre milles et dixième à plus de six milles…

Quant au premier bizuth à Gijón, Julien Pulvé (Team Vendée Formation), il pointe à la quatrième place confirmant sa nette domination avec plus de trois milles de marge sur le Tchèque Milan Kolacek (Czeching The Edge). Enfin, Nathalie Criou (Richmond Yacht Club Foundation) qui ferme la marche, a été contrainte d’enclencher son premier virement de bord au petit matin pour tenter de revenir sur la queue du peloton… alors que la dorsale est en train de l’avaler ! La franco-américaine a peu de chances de s’extraire rapidement des calmes en cours d’installation.

…Ne voit pas la fin !

À une cinquantaine de milles de la bouée Occidentale de Sein, les leaders se rapprochent de la pointe de Penmarc’h où le vent prend de la droite (tourne au Nord-Nord Ouest), ce qui devrait imposer un virement de bord en vue des côtes bigoudènes en tout début d’après-midi. Pour les leaders, ce sera donc au moment de la renverse de courant, la marée basse au Guilvinec étant à 13h20 avec un coefficient de marée de 75. L’idée est de profiter au maximum du reflux de la marée associé à un refus de la brise pour viser directement en tribord amures, la Chaussée de Sein…

Logiquement, Sébastien Simon serait le premier à enclencher la manœuvre alors que ses poursuivants de plus en plus éloignés, le suivraient illico. En effet, plus l’écart est grand vis à vis du leader, plus il faudra virer tôt pour ne pas refouler le courant de marée montante au large de Saint-Guénolé ! Simplement sur ce coup, les quatre premiers devraient gagner quelques dixièmes de milles : Sébastien Simon, Martin Le Pape, Pierre Quiroga et Julien Pulvé… Car plus les solitaires sont en retard, plus ils vont être pénalisés par ce double effet courant de marée-bascule de vent.

Pour autant, le match est loin d’être acquis car la dorsale anticyclonique va finalement lécher la pointe Bretagne ce lundi soir avec un retour du vent au Nord-Ouest dans l’après-midi avec un peu plus de pression, puis une bascule au Nord en soirée au moment où les premiers seront en approche de la marque de parcours de Sein. Et cette bascule devrait encore s’accentuer dans la nuit avec une brise passant au Nord-Est (voire à l’Est), ce qui aurait pour effet d’accélérer le rythme des poursuivants et de ralentir le tempo des leaders ! De quoi compresser les écarts à la Chaussée de Sein…

Share

Contenus similaires