FRENG

Actualités

Double face

Publie le 10/06/2017

Cette deuxième étape de La Solitaire URGO Le Figaro propose déjà deux visages : celui du classement cumulé sur deux manches qui intéresse particulièrement les leaders, et celle de la victoire à Concarneau qui focalise les concurrents classés « abandon » à Gijón. Mais aussi deux faces avec une sortie des côtes espagnoles qui s’annonce extrêmement laborieuse, et avec une dorsale anticyclonique à éviter au milieu du golfe de Gascogne plombé par trois zones interdites…

Le tir d’un missile prévu lundi au large des côtes bretonnes va quelque peu perturber des schémas déjà nébuleux au vu des vents prévus pour la remontée vers la Chaussée de Sein ! Cet essai en mer a pour conséquence l’installation de trois zones interdites qui parsèment le parcours de plus de 350 milles vers la pointe Bretagne : les routages déjà incertains, ne savaient plus où donner de la tête… Et en conséquence, les quarante-trois coureurs partis de Gijón à 16h09 après un retard et deux rappels généraux n’auront que leurs moyens du bord pour se projeter dans l’avenir.

Une nuit trop câline

Il a en effet fallu attendre qu’une petite brise thermique s’installe sur le plan d’eau, entraînant un retard d’une bonne demi-heure, avant que le Comité de Course ne puisse installer sa ligne de départ. Puis les solitaires, probablement gênés aussi par le courant de marée montante, se bousculaient pour glisser le long de la ligne, provoquant deux rappels généraux. Jean Couadou envoyait alors le pavillon « I » signifiant que le concurrent qui volait le départ devait faire le tour de la ligne, ce qui calmait tout de suite le jeu ! Et c’est donc à 16h09 que les skippers s’élançaient au près dans une brise de Nord-Ouest cinq nœuds directement vers la bouée Radio France mouillée au vent, à trois milles et demi.

Auteur d’un remarquable départ, Gildas Mahé (Action Contre la Faim) s’imposait en bout de ligne, même s’il devait effectuer un petit bord breton pour parer la bouée : il virait rapidement tandis que Anthony Marchand (Ovimpex-Secours Populaire) et Pierre Leboucher (Ardian) dans son sillage prolongeaient un peu plus le bord tribord amures. Et cela croisait dans tous les sens pour remonter péniblement vers la bouée au vent, Gildas Mahé confirmant son ascendant devant Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Pierre Leboucher.

Mais si ces premiers bords sont importants, ils ne préjugent en rien de la suite : au coucher de soleil, le thermique va s’écrouler pour laisser place… à un calme plat. Et celui-ci devrait durer toute la nuit ! Car l’arrivée du vent liée à la dorsale açorienne ne fera effet qu’en fin de matinée dimanche avec un flux de Nord à Nord-Ouest d’une dizaine de nœuds. Le dilemme sera alors de choisir le bord favorable, non plus pour aller directement à la Chaussée de Sein, mais en zigzagant entre les nouvelles zones interdites ! Alors après la phase « collée double face » au large des Asturies, par quelle face escalader cette remontée du golfe de Gascogne lorsque deux cols sont interdits de passage… Pile ou face ?

Passage à la bouée Radio France :

1-Gildas Mahé (Action Contre la Faim) à 16h42

2-Adrien Hardy (Agir Recouvrement)

3-Pierre Leboucher (Ardian)

4-Damien Cloarec (Saferail) à 16h43

5-Tanguy Le Turquais (Nibelis)

Share

Contenus similaires