FRENG

Actualités

L’ultime étape de tous les dangers

Publie le 19/06/2017

C’est par une chaleur étouffante dans de tous petits airs de moins de 4 nœuds que les 43 solitaires se sont élancés sur la ligne de départ avec plus d’une heure de retard, à 15h07 très exactement. Deux skippers ont été rappelés à l’ordre pour avoir mordu la ligne trop tôt : Gildas Mahé (Action Contre la Faim) et Alexis Loison (Custo Pol). Cap maintenant vers Dieppe sur un parcours de 505 milles semé d’embûches, de chausse-trappes, de bulles sans vent et de courants. Les premières 24h de course le long des côtes bretonnes via la chaussée de Sein et le chenal du Four s’annoncent redoutables pour les nerfs des marins qui vont devoir composer avec un vent très faible et un tapis roulant contraire !

Le vent faible et variable n’a pas facilité la tâche de Jean Coadou, le président du comité de course. Les marins non plus. Car si un premier départ était lancé vers 14h24, ce fut un beau rappel général, de nombreuses étraves étant au-dessus de la ligne au moment du coup de canon. Puis le vent s’écroulait. Attente. Chaleur. A 15H07 enfin, les solitaires s’élançaient. Deux paquets de bateaux se sont alors détachés. L’un à droite emmené par Sébastien Simon (Bretagne Crédit Mutuel Performance) et Jérémie Beyou (Charal), et l’autre à gauche, par Vincent Biarnès (Guyot Environnement). A la bouée de dégagement, on retrouvait ces trois bateaux en tête, ainsi que Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS), suivis de près par Nicolas Lunven (Generali). Sur un seul bord, les Figaro Bénéteau 2 rejoignaient la cardinale Est « Jaune de Glénan », bouée Radio France, distante de 10 milles à la vitesse d’un escargot. La première nuit en mer promet d’être bien longue…

Un gros morceau
Une vraie étape de La Solitaire longue, exigeante, tactique et probablement riche en rebondissements. Entre un parcours le long des côtes bretonnes, deux traversées de la Manche et 200 milles à courir près des côtes anglaises, le dossier est complet et varié. C’est tout ce qu’aiment les Figaristes ! « C’est une étape très compliquée qui s’annonce, notamment le début avec du vent très faible. » confiait Nicolas Lunven (Generali) quelques minutes avant l’appareillage des pontons de Concarneau. En tête du classement général provisoire avec 24 mn d’avance sur Adrien Hardy, le skipper de Generali ne croit pas si bien dire. Cette ultime étape pourrait bien créer des écarts et réserver des surprises lors du final le long de la côte d’Albâtre !

Share

Contenus similaires