FRENG

Actualités

Marc, Nathalie, Théo, Alexia et les autres….

Publie le 24/06/2017

Une autre course dans la course, des compétiteurs qui se sont battus jusqu'au bout et qui ne retiennent que du positif. "Je ne pensais pas que je serai capable d'aller aussi loin physiquement et mentalement" confie Benjamin Augereau, Guadeloupe Grand Large. Ils nous ont raconté leur course...

Axel de Blay – Botte Fondations-Naho Consulting, 38e au général à 4h 49mn

« Il y a eu beaucoup de schéma différents, de situations différentes parfois rocambolesques, de la pétole, de la grosse brise, c’était super intéressant notamment de travailler sur la bonne marche du bateau. J’ai appris plein de choses, on s’est bien bagarré avec Yannig. C’était une étape dure, mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Je me suis demandé si toutes les Solitaire du Figaro était comme ça ! J’appréhendais le coup de vent de la première étape mais finalement je me suis senti à l’aise, j’ai essayé d’aller jusqu’au bout. La deuxième, je m étais mis un objectif de résultat. La troisième étape, le format était différent, je n’ai pas eu le temps de faire quelque chose. La dernière étape, j’ai adoré, le parcours était intéressant. Ce qui est bien c’est qu’il y a toujours quelqu’une avec qui se battre. La Solitaire c’est beaucoup de souffrance, mais beaucoup de plaisir ! »

Tolga Pamir – Freedom Services à Domicile - 41ème au général à 15h48

« C’était une très belle course, je suis très content d’avoir terminé toutes les étapes. C’était une course de « juste » pour moi ! Je suis toujours passé juste au bon moment, sauf à Owers. Il y avait plein de points de passages, du courant, il y a beaucoup de paramètres à gérer. Je n’ai pas eu besoin de mouiller… Cela fait bizarre de se faire emmener par le courant. Ca me stresse, ca m’angoisse un peu. Je me stresse toujours un peu aussi au moment de l’atterrissage sur des marques de parcours… Je suis « juste » dans le paquet aussi. J’ai progressé mais j’ai encore du travail ! Je maîtrise les manœuvres de plus en plus, mais il y a des paramètres que je ne maîtrise pas. Je garde plein d’images dans la tête. Il y a tellement de plaisir. Je suis tellement heureux de faire cette course et d’avoir changé ma vie pour faire cette course. Cela laisse une jolie trace… »

Nathalie Criou – Richmond Yacht Club Foundation – 43ème à 2j 1h 33mn

« C’était vraiment une course en solitaire, je n’avais pas beaucoup de bateaux autour ! C’était super, une sacrée expérience. C’est dur, beaucoup plus dur que je ne le pensais. On ne dort pas du tout en fait ! Il y avait des cailloux, du courant, et des cargos sur les deux traversées de la Manche. Don impossible de fermer l’œil. Je suis vraiment heureuse d’avoir fait cette solitaire. J’ai relevé mon défi ! »

Alexia Barrier – PIQD.com – 35ème à 10h 53mn

« J’étais venue pour apprendre et prendre de l’expérience. Le bilan est super positif, j’ai beaucoup progressé. En entrainement pour mon projet Vendée Globe, c’est parfait. J’aimerai revenir l’année prochaine. On a vécu des étapes très dures, il fallait tenir et ne rien lâcher. Je suis toujours allée de l’avant je n’ai jamais baisser les bras. Je termine sur une belle quatrième étape, je suis vraiment heureuse. Je savais qu’il y avait un si haut niveau, je ne pensais pas être autant à la rue ! J’ai fait beaucoup de transats et ce n’est pas du tout le même exercice. Au début, j’étais peut-être un peu trop contemplative. Il faut que je travaille la vitesse et les réglages. Sur la dernière étape, c’était la délivrance, j’ai arrêté de me poser des questions, j’ai plus navigué au feeling »

Arthur Prat – Les Perles de Saint-Barth – 26ème à 7h 2mn

« Sportivement je suis déçu. Mais quelle aventure ! A chaque fois, on se dit que c’est une course vraiment incroyable. J’ai fait une bonne première étape, ensuite j’ai fait beaucoup d‘erreurs. Bizarrement, ça me donne une grosse motivation. Je fais que 26e, j’espérai être 25e. J’ai bataillé, je me suis battu. Je suis content. C’est vrai que l’on passe par tous les états émotionnels. On se rend compte que l’on peut accomplir des choses dont ne se sentait pas capable. C’est un dépassement de soi. J’aimerai bien revenir l’année prochaine. Je vois que j’ai encore du travail pour naviguer avec le bon paquet. »

Benjamin Augereau – Guadeloupe Grand Large – 36e à 13h 19mn

« Au départ de la dernière étape, j’ai tout donné les premières 24h, et dans la baie d’Audierne, je me suis endormi 20 mn avec le pilote en mode vent. Du coup, je me suis dépassé, j’étais en travers de la piste et les autres sont passés sous spi. Après je me suis retrouvé dans la Chaussée de Sein et le Four avec le courant à l’envers, et j’ai mouillé deux fois dans le chenal du Four. En plus, j’ai vu Théo (Moussion) nous passer devant avec une toute petit risée… Ce n’est pas évident de mouiller, surtout de relever l’ancre. La brume c’était incroyable parce que je n’avais pas d’AIS, personne ne me voyait. Je voyais les autres, mais eux non. C’était flippant ! Je voyais des cargos passer à 0,2 milles de moi… J’ai adoré cette Solitaire, je suis venu sans sponsor. J’aimerai revenir mais avec un vrai budget. »

Yannig Livory – Lorientreprendre – 40ème à 15h 21mn (Président de la classe Figaro)

« Je suis forcément déçu de ma première étape car j’ai déchiré des voiles. C’est Alexia Barrier qui m’a prêté une grand-voile et Eric Delamare un génois. J’ai adoré la deuxième manche avec cette belle houle dans le golfe de Gascogne. C’était plutôt amusant de naviguer entre les zones de tir. L’arrivée à Concarneau sous l’orage, c’était superbe ! La quatrième étape dans la pétole était incroyable. Je n’avais jamais navigué aussi près de la chaussée de Sein. Je me suis bien battu avec mes copains de l’arrière de la flotte. C’est ce qui est génial sur La Solitaire ! Il y a toujours quelqu’un avec qui régater. Maintenant j’ai un gros dossier avec Le Figaro Bénéteau 3. C’est un gros challenge jusqu’en 2019. Des tas de choses à préparer et c’est vraiment passionnant ! »

Marc Pouydebat – Auto Malin – 42éme au général à 1h 6h 55mn
« C’était une longue mais bonne cette étape ! Sportivement, je suis un peu déçu car je n’ai pas réussi à accrocher le wagon dès le départ. Il y a eu de tout, c’était une belle étape de Solitaire. J’ai mouillé, plongé pour enlever les algues ! On s’est tous vidé les tripes. On arrive cuits par le soleil et la longueur de l’étape. Avec le courant, ce sont les riches qui gagnent et derrière on peine. On traîne des valises ! On a joué avec Benjamin (Augereau) et Théo (Moussion). On a discuté, on s’est encouragé, avec Nathalie aussi, on se transmettait les bulletins météo. Je ne retiens que des bonnes choses ! Par exemple, la solidarité des préparateurs quand j’ai enroulé mon spi dans le mât, tout le monde était là sur le ponton à mon arrivée à Concarneau. Je viens pour me faire mal, pour aller au bout de mes limites… Je garde en souvenir cette brume. J’ai eu peur, un bateau est passé juste à côté de moi. C’était incroyable ! »

Théo Moussion, #theoenfigaro, 39ème au général à 5h15
« J’ai bien aimé le tracé cette année, mieux que l’an passé. C’était sympa d’aller deux fois dans le golfe de Gascogne. J’ai encore des soucis avec la navigation en manche. C’était compliqué pour moi. Je n’avais pas la vitesse. Je n’ai pas eu beaucoup de préparation. Il y a quand même un progrès par rapport à l’année dernière, mais je suis toujours en recherche de mieux. Je serais là l’année prochaine. Je suis toujours en recherche de partenaire. Je serai sur le Tour de Bretagne avec mon voilier All Purpose, ça va bien m’aider. Je me suis donné à fond sur l’étape de 24h et la dernière, j’étais fatigué. Je manquais de concentration et de clairvoyance. C’est un peu frustrant. Je vais attaquer une année de préparation, je vise 200 jours… »

Share

Contenus similaires