FRENG

Actualités

Marc Pouydebat (Automalin) explique son avarie.

Publie le 15/06/2017

Rentré au port de Concarneau à 20h40 avec son spi encore enroulé dans le mât, le skipper d’Automalin a pu nous expliquer ses déboires survenus après deux heures de course, dans le Sud de l’archipel de Glénan :

« C’était le dernier empannage avant la descente vers Guérande. J’en avais passé plusieurs, là c’était le plus facile. Le spi a fait un petit cocotier, je l’ai défait en me mettant sur la fausse panne. Mais au moment de remettre le tangon, il est reparti dans l’étai et dans le mât. Ça m’a couché plusieurs fois, je n’arrivais pas remettre le bateau à plat et je dérapais, je dérapais. Je sais que les Glénans sont un coin mal pavé, et je ne connais pas trop l’endroit, c’est pas mon lieu de vacances ! Donc à un moment il a fallu réagir, j’ai décidé de mettre le moteur pour revenir en eaux saines, le coeur plein de larmes. C’est dur par ce que c’était la descente vers Guérande qui commençait sous spi dans du vent soutenu, ce que j’aime. Cette étape me plaisait car elle était courte, j’y imaginais beaucoup de plaisir. c’est vraiment dommage. »

Tags

No tags were found

Share

Contenus similaires