FRENG

Actualités

Nicolas Lunven et Gildas Mahé joints à 5h

Publie le 16/06/2017

Il y a du marquage à la culotte dans l'air ! Les virements de bord s'enchaînent au large de l'île de Groix. Nicolas Lunven et Adrien Hardy se contrôlent, et Gildas Mahé, Thierry Chabagny, Xavier Macaire et Jérémie Beyou collent au train façon sparadra à la tête de flotte. La question de la matinéé : "Quand le vent va-t'il tomber ?".

Nicolas Lunven – Generali – 1er au classement de 5h

Pour l’instant ça ne se passe pas trop mal, mais j’ai quand même des petits camarades derrière moi qui s’accrochent dur et que je n’arrive pas à distancer. Surtout que nous allons arriver dans des heures de la matinée où cela va commencer à devenir critique. Nous avons des super conditions de navigation. La descente de Concarneau vers la bouée Sud Guérande avec grand soleil, 20 nœuds de vent, c’était absolument génial. Désormais ça devrait mollir dans les heures qui viennent.
Quand le jour va se lever et que le soleil va chauffer, le vent va tomber. La brise thermique devrait s’installer en fin de matinée, mais entre les deux ça pourrait être un peu compliqué.
Pour le moment, je n’ai pas dormi, je ne pense pas dormir d’ici l’arrivée, mais ça va le faire.
»

Gildas Mahé – Action contre la Faim – 4ème au classement de 5 heures
On a 10 nœuds de vent de Nord-Ouest à Nord, un peu de clapot, mais ce sont des belles conditions. J’ai des jolis camarades de jeu autour de moi : Nicolas Lunven et Adrien Hardy. Normalement quand on va arriver aux alentours de l’entrée de la baie, quand ça va chauffer, le vent devrait partir en vrille avant que la brise thermique s’installe. Cela dépendra de l’heure, on verra. Comme on est en avance sur les routages… Mais normalement on ne sera pas arrivé avant que ça chauffe.
On savait que ça allait percuter dès le départ parce que avec le bord de reaching tout droit lorsque l’on se retrouve dans les dévents, c’est plus compliqué. La petite option de Pierre, Erwan en dessous qui était prévue, intéressante, mais moi je n’ai pas osé y aller à fond. Je me suis occupé à faire marcher le bateau au maximum, et je crois que ceux qui sont devant sont ceux qui avaient la meilleure vitesse.

Je suis ravi d’être là, pourvu que ça dure. Ce serait bien de faire une belle étape parce que pour l’instant, je suis bon aux départs, ça serait bien de travailler mes arrivées !

Share

Contenus similaires