FRENG

Actualités

Nicolas Lunven (Generali) pourchassé

Publie le 16/06/2017

Ce n’est pas le train express régional mais le TGV ! La flotte des 42 bateaux (Marc Pouydebat ayant abandonné deux heures après le départ) n’a pas traîné en route. Une moyenne de 10 nœuds sous spi pour rejoindre la cardinale Sud « Banc de Guérande », et deux grands bords de débridé pour doubler la Teignouse via le plateau de la Recherche… C’est allé vite, très vite ! Ce matin, au large de l’île de Groix, Nicolas Lunven conserve les commandes d’une meute aux abois. Chabagny, Hardy, Mahé, Macaire et Beyou le pourchassent à moins d’un mille de son tableau arrière… Le finish pourrait bien avoir lieu avant midi !

Des conditions de rêve et propices à de belles moyennes ont accompagné les solitaires depuis le départ de Concarneau hier à 14h. Ce matin, à 30 milles de la ligne d’arrivée devant la ville close, le vent de Nord-Ouest est toujours bien présent : 11 nœuds permettant aux Figaro Bénéteau 2 de progresser entre 6,5 et 7 nœuds au près. Mais cela pourrait bien changer. « Le vent devrait mollir dans la matinée, on ne sait pas si ça tiendra jusqu’à Concarneau, je sens que j’ai du monde derrière, je ne suis pas tranquille ! » confiait à la vacation de 5h Nicolas Lunven, en tête et leader au classement général provisoire.


Tricotage à maille fine
La lune fait place aux premières lueurs du soleil… Les marins n’ont pas fermé l’œil et savent que la matinée sera cruciale. « Je n’ai pas dormi, il fallait être dessus tout le temps, et il va se passer des choses tellement nous sommes proches les uns des autres. Je m’en sors pas mal sur les départs, il faut que je travaille les arrivées ! » expliquait Gildas Mahé (Action Contre la Faim), 3e au classement de 5h. Infatigables, les compétiteurs enchaînent les virements de bord pour se recaler. Jérémie Beyou (Charal), 7e à 1,1 milles du leader, a été le premier des chasseurs à envoyer. Rapidement après, ce fut le tour de Thierry Chabagny (Gedimat), deuxième à 5h. La pression monte sur la flotte de la 48e édition de La Solitaire URGO Le Figaro. Tout peut encore arriver.

Nicolas Lunven – Generali – 1er au classement de 5h
Pour l’instant ça ne se passe pas trop mal, mais j’ai quand même des petits camarades derrière moi qui s’accrochent durs que je n’arrive pas à distancer. Nous allons arriver dans des heures de la matinée où cela va commencer à devenir critique. Nous avons des supers conditions de navigation, la descente de Concarneau vers la bouée Sud Guérande était absolument géniale : grand soleil, 20 nœuds de vent. Ça devrait mollir dans les heures qui viennent. Quand le jour va se lever et que le soleil va chauffer, le vent va tomber. La brise thermique devrait s’installer en fin de matinée, mais entre les deux, ça pourrait être un peu compliqué. Pour le moment, je n’ai pas dormi, je ne pense pas dormir d’ici l’arrivée, mais ça va le faire. »

Gildas Mahé – Action contre la Faim – 4ème au classement de 5 heures
On a 10 nœuds de vent de nord-Ouest à Nord, un peu de clapot… mais ce sont de belles conditions. J’ai des jolis camarades de jeu autour de moi : Nicolas Lunven et Adrien Hardy. Normalement quand on va arriver aux alentours de l’entrée de la baie, quand ça va chauffer, le vent devrait partir en vrille avant que la brise thermique ne s’installe. Cela dépendra de l’heure, on verra. On est en avance sur les routages, mais normalement on ne sera pas arrivé avant que ça chauffe. On savait que ça allait percuter dès le départ parce qu’avec le bord de reaching tout droit, lorsque l’on se retrouve dans les dévents, c’est plus compliqué. La petite option de Pierre, Erwan, Thierry… en dessous était prévue par les routages, mais moi je n’ai pas osé y aller à fond. Je me suis occupé à faire marcher le bateau au maximum. Et je crois que ceux qui sont devant, sont ceux qui avaient la meilleure vitesse. Je suis ravi d’être là, pourvu que ça dure. Ce serait bien de faire une belle étape parce que pour l’instant, je suis bon aux départs, ça serait bien de travailler mes arrivées ;-)

Share

Contenus similaires