FRENG

Actualités

Nouvelle donne

Publie le 04/06/2017

Avec le changement de parcours annoncé samedi soir lorsque les quarante-trois solitaires s’amarraient à la marina de Pauillac-La Fayette, le format de cette première étape de La Solitaire URGO Le Figaro propose aussi des conditions très variées puisque la dépression programmée sur la Chaussée de Sein lundi soir va balayer le fond du golfe de Gascogne.

Ce ne sera pas la baston sur cette entame mais tout de même une étape musclée, tonique et intense : la dépression qui va traverser l’Europe de l’Ouest par la Manche sera effectivement assez active, rapide dans son déplacement et brutale lors du passage du front. Au point que les conditions de navigation au large de la Chaussée de Sein se présentaient mal pour une flotte de quarante-trois skippers avec plus de 45 nœuds fichier et une mer forte à grosse avec plus de cinq mètres de creux. La logique voulait donc que la Direction de Course s’adapte à cette situation nouvelle et très évolutive ces dernières heures : la première étape passe ainsi de 525 à 420 milles, mais l’intensité de la confrontation sera similaire…

Car ce nouveau parcours (les concurrents avaient déjà eu connaissance du format depuis plusieurs jours) s’annonce tout aussi technique et varié : après un petit prélude devant le port de Pauillac d’environ six milles dans une brise de secteur Ouest à Nord-Ouest 4 à 6 nœuds, les solitaires vont devoir zigzaguer pour sortir de la Gironde par le Sud du phare de Cordouan, un parcours assez exigeant côté manœuvres sur une bonne trentaine de milles dans un flux de Nord-Ouest plus consistant, de 8 à 10 nœuds.

Alors débutera réellement la partie « large » avec une descente vers le bassin d’Arcachon toujours avec une brise raisonnable de Nord-Ouest d’une douzaine de nœuds. Car c’est plutôt en milieu de journée lundi que les prémices de la dépression viendront bousculer le plan d’eau : une rotation progressive au secteur Sud à Sud-Ouest 15-20 nœuds, ce qui laisse entendre qu’une zone de transition avec peu de vent pourrait avant ralentir franchement la flotte en route vers l’île de Ré. En effet, après la descente vers Arcachon d’environ 70 milles, les navigateurs vont remonter vers le plateau de Rochebonne distant d’une centaine de milles.

Et au fil de l’après-midi jusqu’en milieu de nuit, le vent ne fera que se renforcer pour 20-25 nœuds voire plus de Sud-Ouest, avant une franche et brutale bascule vers minuit au secteur Nord-Ouest 30-35 nœuds avec des grains. Un passage important car la flotte pourrait alors se scinder en plusieurs groupes entre ceux qui auront débordé la bouée de Rochebonne pour les derniers 220 milles vers Gijón quand d’autres seront encore en route vers cette marque. Et comme la brise va progressivement mollir en approchant les côtes espagnoles, les écarts entre les solitaires pourraient être conséquents… Du match en perspective !

Share

Contenus similaires