FRENG

Actualités

Paroles de bizuths : Eric Delamare

Publie le 01/06/2017

Benjamin de la 48e Solitaire URGO Le Figaro, Eric Delamare (Région Normandie) se confie avant le grand départ.

Pourquoi La Solitaire URGO Le Figaro ?
Parce que c’est un rêve d’enfant depuis toujours. Depuis l’année dernière, c’est un rêve qui se concrétise, je me suis battu pour être là cette année.

Comment êtes-vous arrivé jusque-là ?
J’ai commencé en char à voile à Ouistreham, après, j’ai fait deux années en 420, pas forcément ma meilleure expérience en voile, ensuite, mon père a acheté un Figaro 1 sur lequel j’ai fait toutes les courses en IRC et HN en solitaire, en double et en équipage. L’année dernière, mon club du Deauville Yacht Club a organisé une Figaro classique pour ressortir ces Figaro 1, il y avait quatre étapes, je les ai toutes gagnées. Suite à ça, Mathieu Sarrot (directeur de La Solitaire URGO Le Figaro) m’a proposé d’embarquer sur le bateau suiveur de la Solitaire avec Gildas Mahé, j’ai sauté sur l’occasion. J’étais censé faire juste une étape, j’ai fait les quatre ! Ensuite, sont venues les sélections Région Normandie, j’ai envoyé mon dossier qui a été accepté, j’ai réussi à gagner, c’était top !

Que gardez-vous de cette édition 2016 sur le bateau suiveur ?
J’avais des étoiles plein les yeux, je n’avais qu’une envie, celle d’être à leur place, c’est le cas cette année, je suis ravi.

Quelles sont vos attentes ?
Apprendre, prendre du plaisir et éventuellement faire un podium au classement amateurs et bizuths.

Des appréhensions ?
La solitude. Pour le moment, j’ai fait deux jours, là, on peut avoir jusqu’à quatre jours, donc j’appréhende un peu. Mais je me suis fait une play-list de musique très longue, je ne vais pas trop me sentir seul.

Avez-vous des référents, des modèles ?
Jérémie Beyou et Yann Eliès.

Tags

No tags were found

Share

Contenus similaires