FRENG

Actualités

Sébastien Simon aux commandes

Publie le 11/06/2017

Le sablais de 27 ans a bel et bien pris du galon. 3e de la première étape entre Bordeaux et Gijón, le skipper de Bretagne-Crédit Mutuel Performance mène la danse depuis le début de la nuit dernière. Il y a comme un parfum qui revient sans vouloir trop s’y enivrer : celui de sa première victoire d’étape en 2015 entre La Corogne et Concarneau. Mais rien n’est fait, il reste encore du chemin à parcourir alors que l’Occidentale de Sein pointe à 180 milles des étraves.

La grosse houle est toujours bien présente et le ciel chargé de nuages laisse parfois transpercer le soleil. Il y a enfin de l’air ! Depuis ce midi, 10 nœuds accompagnent les Figaro Bénéteau 2 qui naviguent bâbord amures leur permettant d’afficher 7 nœuds au compteur. On respire et on s’octroie quelques siestes ! Mais de Nord-Ouest, le flux est en train de glisser vers la droite, on appelle cela du refus, donc pas de bord direct en perspective vers la chaussée bretonne mal pavée… Il va donc y avoir des virements de bord à bien placer, donc du jeu et des coups à jouer.

Les options n’ont pour le moment pas payé

Ceux qui avaient choisi de partir vers l’Ouest doivent se mordent les doigts : Alexis Loison (Custo Pol) affiche 18 milles d’écart avec la tête de flotte. Gildas Mahé (Action Contre la Faim) et Pierre Leboucher (Ardian) qui avaient pris un super départ, sont du même côté, à près de 10 milles du leader. A l’Est, Jérémie Beyou (Charal) et Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) ont eux-aussi pris du retard. Force est de constater que le choix de la route directe était finalement le bon. Sébastien Simon caracole en tête devant Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) et Martin Le Pape (Skipper Macif 2017). Ces trois-là joints à la VHF avaient la banane : heureux d’avoir bien bossé durant la nuit capricieuse et d’avoir eu le nez creux !
Alors que le vent refusant conserve un peu de vigueur, les marins alternent récupération, alimentation, réglages des voiles et réflexion tactique. Encore une bonne trentaine d’heures avant l’Occidentale de Sein et il faudra encore beaucoup de lucidité pour attaquer la deuxième partie du parcours.

Share

Contenus similaires