FRENG

Actualités

Soirée studieuse

Publie le 10/06/2017

« Je travaille beaucoup sur le génois, les ballasts et beaucoup sur le déplacement du matériel. C’est pas mal de boulot. J’ai fait une sieste de 15 mn, il ne faudra pas dormir cette nuit ! » confiait le bizuth Tanguy Le Turquais (Nibelis) ce soir à la VHF. Dans ces conditions de vent très léger (Nord-Ouest pour 6 noeuds) et irrégulier en force et en direction, les solitaires ne chôment pas. Dès la fin de l’après-midi, la flotte des 43 Figaro Bénéteau s’est quelque peu étirée et dispersée : 2,5 milles en latéral, et 2,8 milles du premier Tanguy Le Turquais à la dernière Nathalie Criou (Richmond Yacht Club Foundation).

Une longue houle fait danser les bateaux au large de la côte espagnole, le ciel toujours lumineux vire au blanc, et la mer devient miroir. Les marins le savent : le vent va continuer à mollir, la nuit promet d’être blanche. A bord, on s’organise. Micro sieste, grignotage, habillage léger, l’idée étant de conserver un maximum d’énergie pour tenir coûte que coûte contre le sommeil. Même au ralenti, le match de cette deuxième étape entre Gijon et Concarneau est bel et bien lancé. La bagarre fait rage entre ceux qui naviguent au vent (à l’ouest) comme Gildas Mahé (Action contre la Faim) et Adrien Hardy (Agir Recouvrement), sous le vent, comme Nicolas Lunven (Generali) et Erwan Tabarly (Armor Lux), ou encore ceux qui évoluent au centre à l’image de Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) et Damien Cloarec (Saferail). Bref, chacun fourbi ses armes, et il est fort à parier que des coups seront tentés !

Tanguy Le Turquais, Nibelis

« Ce que j’espère, ce serait le scénario rêvé pour moi,
c’est que le vent prenne de la droite. Je suis sous le vent de la flotte en ce
moment et il faudrait que les gars s’alignent derrière moi. Cette nuit, il y
aura un passage de dorsale et l’idée est d’être à l’ouest pour récupérer le
nouveau vent. J’adore ces conditions, je suis parti sur des voiles performance
dans le petit temps. Il y aussi une grosse part d’aléatoire. Je suis sous
pilote depuis la bouée Radio France en mode compas et je joue avec les
oscillations du vent sur ma télécommande. Je joue aussi beaucoup sur le génois,
les ballasts et beaucoup sur le déplacement du matériel. C’est pas mal de
boulot. J’ai fait une sieste de 15 mn, il ne faudra pas dormir cette nuit !
C’est top, c’est la pleine lune. »

Share

Contenus similaires