FRENG

Actualités

Vincent Biarnès : « Il faut s’attendre à tout ! »

Publie le 13/06/2017

Le skipper de Guyot Environnement a payé longtemps son décalage trop ouest dès la sortie des côtes espagnoles. Le voilà en chasseur en 14e position derrière Thierry Chabagny (Gedimat) et Tanguy Le Turquais (Nibelis). Nous l'avons joint à la VHF ce midi.

Vincent Biarnès, Guyot Environnement

« Le vent est assez irrégulier, la mer est désordonnée, c’est une mer particulière par rapport au vent que l’on a en ce moment. On sent que ce vent ne va pas durer longtemps. On est au près -vent de travers, on est à 20 milles du Sud de Belle-Ile. J’aimerai bien savoir ce qui va se passer exactement. La situation météo est complexe, il y a des dépressions orageuses le long de la côte sud bretonne, il faudra s’attendre
à tout entre Belle-Ile et l’arrivée.

C’était dur de se faire décrocher. Je me suis fait coincé dans la dorsale, j’ai été trop joueur. Toute la traversée du Golfe, j’allais moins vite, j’ai payé mon option Ouest pendant longtemps, mais je m’accroche, je remonte petit à petit. Il y a pas mal d’écart maintenant. Mais je navigue mieux depuis 24h.

J’ai eu pas mal d’algues dans la quille et les safrans, j’ai dû mettre ma tête à l’envers avec la cannes à algues pour les enlever. C’est tous les quarts d’heure qu’il faut regarder. La météo prévoit 2 à 4 noeuds variables, à priori il va se passer quelque chose ! Il faudra être opportuniste et surveiller l’AIS. C’est peut-être bon pour nous. On est dans le groupe des chasseurs, on pourrait laisser les premiers s’empétoler et nous, contourner cette zone de pétole. »

Share

Contenus similaires