FRENG

La Course

Histoire

En 1970 s’est déroulée la première édition de La Solitaire; elle s’appelait alors la course de l’Aurore car elle était organisée par le journal du même nom. En 1980, Le Figaro rachète l’évènement qui porte maintenant son nom.

Ses fondateurs, Jean-Louis Guillemard et Jean-Michel Barrault ont souhaité créer une course en solitaire avec deux étapes et sans assistance ouverte aussi bien aux meilleurs professionnels qu’aux amateurs. Au fil des années, elle est devenue l’une des plus prestigieuses courses à la voile en France.

Au départ, tout type de bateaux participaient. Cependant, après 1980, la course est passée sur des prototypes Half Tonners dessinés à l’origine pour la course en équipage. En 1991, un nouveau cap est franchi avec l’arrivée du Figaro Bénéteau I, spécialement conçu par Jean-Marie Finot pour la course en solitaire. En 2003, un nouveau bateau, plus long et plus puissant est choisi, c’est le Figaro Bénéteau 2 encore en activité aujourd’hui.

La course prend, historiquement, toujours son départ de France avec un parcours total compris entre 1 500 et 2000 milles. Mais La Solitaire URGO Le Figaro fait escale chaque année dans des pays étrangers, en particulier l’Espagne, l’Irlande, la Grande-Bretagne.

Edition 2017

La Solitaire Urgo Le Figaro est une course monotype, sans assistance, au temps, qui se dispute par étapes. Chaque étape constitue une course. Le classement au temps de chaque étape ainsi que le classement général au temps attribuent des points au Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire.

CLASSEMENT D’ÉTAPE :
Un classement sera établi à l’issue de chaque étape selon le temps de course, après application des éventuelles pénalités ou bonifications.

CLASSEMENT GÉNÉRAL :
Le classement général sera établi d’après les temps cumulés des classements d’étapes au terme de l’épreuve. Le bateau ayant le plus faible temps cumulé sera déclaré vainqueur.

CLASSEMENT BÉNÉTEAU BIZUTH :
Un classement au temps des skippers participant pour la 1ère fois sera établi au terme de chaque étape. Le bateau ayant le plus faible temps en cumulé sera déclaré vainqueur.

CLASSEMENT RADIO FRANCE :
Le prix Radio France récompense le bateau en tête lors du passage de la bouée Radio France, elle se situe à environ 1h30 après le départ. Le classement est établi en fonction de l’ordre de passage à la bouée. Les 10 premiers bateaux recevront des points selon système régressif (10 pts pour le 1er, 9 pts pour le 2ème… pas de points au delà du 10ème). Le bateau ayant obtenu le plus de points sera déclaré vainqueur.

Parcours globale de La Solitaire URGO Le Figaro 2017
Parcours globale de La Solitaire URGO Le Figaro 2017



Etape 1

Bordeaux, Pauillac à Gijon



DÉPART DE LA COURSE : 4 JUIN 2017 14h30 – PAUILLAC



Distance : 525 Milles–972 kms
Arrivée prévue le : 07/06/2017
Points de passage : Pointe de Grave
Bouée Cardinale ouest « Chaussée de sein »

Parcours de l'étape 1
Parcours de l’étape 1

“Coup d’envoi de cette 48ème édition, l’étape Bordeaux-Gijón sera la plus longue du millésime 2017. Avec les 525 milles à parcourir dans des conditions aussi diverses que variées, d’aucuns diront qu’elle sera certainement la plus difficile et la plus piégeuse. Les marins seront dans le bain dès le départ. Ils devront en effet négocier les forts courants et les invisibles bancs de sable disséminés çà et là tout au long des 35 milles de remontée de l’estuaire de la Gironde. Une fois la pointe de Grave passée, le jeu s’ouvrira à tous les champs des possibles. Les coureurs feront route vers le nord en direction de la pointe de Bretagne. Ils devront garder toute leur lucidité pour aborder sous le meilleur angle possible la chaussée de Sein qui livrera les premières tendances de ces 36 premières heures passées en course. Cette hiérarchie pourrait cependant être vite bousculée. Les 275 milles (510 kms) de la traversée du Golfe de Gascogne offriront aux marins autant de choix de routes qu’il existe de combinaisons météorologiques à cette période de l’année. Un vent soutenu au portant et de longs surfs conduiraient la flotte très rapidement vers la ligne d’arrivée alors que des vents contraires voire erratiques ralentiraient les figaristes et mettraient à mal les organismes des coureurs contraints de passer une 3ème nuit en mer. Cette étape d’ouverture avec peu de points de passage, laissera donc à la flotte un terrain de jeu très ouvert et propice aux choix stratégiques ambitieux.”



ETAPE 2

Gijon à Concarneau



DÉPART : 10 juin 2017 - 15h

Arrivée prévue le 13 juin 2017
Point de passage : Bouée Cardianle Ouest “Chaussé de sein” - Ile d’Yeu

Parcours de l'étape 2
Parcours de l’étape 2

Sans conteste, cette étape de 520 milles entre Gijón et Concarneau - Cornouaille sera l’épreuve hauturière par excellence. Naviguer sans relâche, aller puiser dans leurs réserves physiques pour finalement mériter le calme propice à la récupération à l’abri des remparts de la ville close, voilà le scenario proposé aux marins pour cette seconde étape. Après un parcours côtier en baie de Gijón, c’est sans transition que les coureurs attaqueront, pour la seconde fois en moins de quatre jours, la traversée du Golfe de Gascogne. Affranchis de toute marque de passage, ils devront être fins stratèges et se pencher très finement sur la météo pour rejoindre une nouvelle fois l’incontournable chaussée de Sein. Gagner la côte pour trouver les brises de nuit ou prendre l’option du large en espérant rester en bordure du système dépressionnaire : tel sera le dilemme à résoudre ! La route la plus courte ne sera peut-être pas celle à emprunter pour couvrir les 275 milles nautiques (510 kms) théoriques de ce segment. Le retour vers la baie de Concarneau bien connue des Figaristes se fera par la route des îles. Les marins devront d’abord enrouler l’île d’Yeu, même si la route directe semble les inviter à passer dans l’ouest. Ils achèveront ce long parcours par un passage par Belle-Île-en-Mer puis par les Glénan derniers obstacles qui demanderont, en fin d’étape, une veille attentive à des skippers déjà perclus de fatigue. Ce deuxième acte consacrera un marin à la stratégie audacieuse, confiant dans ses choix et sa vitesse.





Etape 3

Concarneau à Concarneau



Concarneau - Concarneau

DÉPART : 15 juin 2017 à 12h00

Parcours de l'étape 3
Parcours de l’étape 3

Arrivée prévue le 16 juin 2017
Points de passage : Bouée Cardinale Sud “Sud banc de guerande” - Bouée cardinale de Belle-Ile


Sur un nouveau format proposé l’année dernière, ce parcours de régate au contact autour des îles bretonnes trouve toute sa place dans cette nouvelle édition. Les difficultés naturelles qui jalonnent ce parcours, les nombreux points de passage imposés mais également les phases de transition multipliées du fait de régimes de brises très présents dans ce secteur, laisseront la part belle à la tactique mais aussi aux incertitudes. L’exercice sera d’autant plus ardu que le départ pourrait être donné seulement 36 heures après l’arrivée de la seconde étape ne laissant que peu de place à la récupération. Par la suite et tout au long de ce parcours, les marins devront rester « éveillés » sans trop aller puiser dans leurs réserves pour aborder sereinement l’étape finale.
 Une étape qui ne sera donc pas à négliger. Pour mémoire, le vainqueur de l’édition 2016 avait concédé pas moins de 9 minutes à son dauphin sur les 120 milles nautiques de course. Si La Solitaire URGO Le Figaro ne peut pas se gagner sur cette étape, elle peut en revanche pénaliser bon nombre de marins même les plus aguerris.



Etape 4

Concarneau à Dieppe



Concarneau - Dieppe

DÉPART : 19 juin 2017 à 12h00
Arrivée prévue le 21 juin 2017
Points de passage :

  • Bouée Cardinale Ouest “Chaussée de sein”
  • Bouée Caridnale ouest “grande basse de Portsall”
  • Phare “Wolf Rock”
  • Bouée cardinale sud “owers”
  • Bouée latérale “A8”

Parcours de l'étape 4
Parcours de l’étape 4

Dernière étape de La Solitaire URGO Le Figaro. Une classique pour les Figaristes confirmés, un vrai casse- tête pour les bizuths. Avant de s’amarrer au bassin Ango en plein de cœur de la ville de Dieppe, de savourer le goût de chaque victoire, de rejouer encore et encore chaque étape dans ses moindres détails comme si les 1700 milles parcourus n’avaient pas satisfait leur insatiable appétit de défi, les marins auront dû composer avec les courants de marées, les plateaux rocheux de la pointe de Bretagne, les multiples pointes et baies jalonnant la côte sud de l’Angleterre, les routes des nombreux cargos traversant la Manche et les zones interdites à la navigation. Une fois réalisé le traditionnel parcours côtier au large de Port la Forêt, la flotte s’attaquera de nuit au mythique passage de la pointe de Bretagne. Dans ces eaux parsemées de rochers toujours battus par les vents et la houle, les skippers devront remettre à plus tard leurs velléités de micro-siestes qu’ils s’autorisaient au large. Ils devront naviguer parfois au plus proche des cailloux pour tirer le meilleur parti des contre-courants, sortir la cravache pour rester au contact, ne surtout jamais se laisser distancer pour ne pas avoir à subir la renverse de courant à la Grande Basse de PortSall alors que les autres coureurs s’échappent devant. Le phare de Wolf Rock comme toujours, décidera de la suite des événements : regroupement de la flotte ou prime accordée aux premiers qui fileront pour une régate côtière aux allures de figures géométriques le long des pointes britanniques. Il faudra peut-être aller s’abriter dans les baies pour mieux s’en écarter à la première opportunité. Un travail de précision rendu difficile par la fatigue accumulée mais dopé par l’adrénaline de la victoire. 
Avec deux traversées de la Manche, cette dernière étape à dominante côtière avec de nombreux passages à niveau imposera aux marins de garder un œil permanent sur la flotte. Elle demandera réactivité et qualités d’endurance pour espérer s’imposer en grand vainqueur sur la ligne d’arrivée finale de La Solitaire URGO le Figaro.






Le Bateau

LE FIGARO BÉNÉTEAU 2

Le Figaro Bénéteau 2 est la synthèse d’une collaboration réussie entre les meilleurs régatiers de la Classe Figaro Bénéteau, les Chantiers Bénéteau et l’architecte Marc Lombard.

Dès son arrivé en 2003, Le Figaro Bénéteau 2 a eu comme lourde charge de dynamiser encore un peu plus un circuit de compétition unique en son genre. Ce beau bateau, moderne et innovant a déjà séduit bon nombre de skippers qui ne tarissent pas d’éloges à son sujet.