FRENG

Actualités

ACTU // Ecoutes légères, paupières lourdes

Publie le 02/09/2018

Les Solitaires ont commencé à buter contre le courant au passage de la cardinale Nord Horaine, avant-dernière marque de parcours avant Muros Noia 500 milles devant l’étrave… Le vent a chuté avec la fraîcheur du soir, repassant au secteur Nord-Nord Est pour 5 noeuds seulement, peu ou prou la vitesse des Figaros 2. Les spis sont de sortie et font à peine giter les bateaux au largue serré, sur une mer plate d’un bleu profond émaillé de paquets d’algues compacts.

Au jeu des virements de bord et autres décalages de l’après-midi, Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) a pris le commandement d’une flotte qui s’étire sur trois milles si l’on exclut la malchanceuse Joan Mulloy (Taste the Atlantic - A seafood journey), repartie de Saint-Quay-Portrieux après son avarie de drisse et qui ferme la marche à 16 milles des leaders.

Aux côtés des ténors Sébastien Simon, Charlie Dalin (Skipper Macif 2017) et Gildas Mahé (Breizh Cola), à noter le bon début de parcours de Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) qui n’a pas lâché le morceau depuis le parcours côtier. Très en forme dans le Top 10 également, on trouve Martin Le Pape (Skipper Macif 2015), Eric Péron (Finistère Mer Vent), Alan Roberts (Seacat Services) et Benjamin Dutreux (Sateco). Moins de réussite pour Vincent Biarnès (Baie de Saint-Brieuc), grand animateur de l’après-midi et premier à la bouée Radio France, qui a rétrogradé à la 11ème place. Le vainqueur de la première étape ,Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire), pointe quant à lui en 9ème position à 0,7 mille. Chez les bizuths, la triplette de la première étape Berrehar, Baggio, Cardrin s’est reformée, avec l’espoir de Bretagne CMB en éclaireur.

Dans ces conditions de demoiselle, les plus blasés ou les moins contemplatifs profiteront des deux heures de jour restants pour caler quelques siestes apéritives. Car il va falloir ouvrir l’oeil cette nuit pour bien doser sa trajectoire et tirer le meilleur parti du vent qui n’a peut-être pas fini de mollir.

Tags

No tags were found

Share