FRENG

Actualités

Adrien, Yoann, Xavier, les premiers mots du podium

Publie le 12/06/2019

Les deux premiers de cette étape de 535 milles au départ de l’Irlande reviennent sur leur course, incertaine jusqu’à l’arrivée à Roscoff : Adrien Hardy s’imposait de seulement 6’19 sur Yoann Richomme, vainqueur de la première étape de La Solitaire URGO Le Figaro.

Adrien Hardy (Sans nature, pas de futur), vainqueur à Roscoff

« J’ai un peu l’impression de débarquer… C’est dur, dur pour tout le monde ! En partant de Kinsale, je parlais avec Yann Éliès comme quoi cette étape n’avait pas l’air trop dure et qu’il n’y aurait pas trop d’écarts. Mais en fait, c’était compliqué : j’ai été toujours dans les cinq premiers à toutes les marques et puis les deux dernières nuits, j’ai réussi à grappiller des places. Dans l’ensemble, je ne vais pas trop mal… Assez vite et en général au bon endroit. Ça me permet d’oublier un peu la déception de la première étape, parce que je l’avais un peu en travers ! Là, c’est un grand bonheur : c’est très rare de gagner, même si c’est ma cinquième victoire d’étape.
Maintenant, on ne voit plus trop les bateaux qui sont un peu éloignés à l’AIS et c’est plutôt bien : on navigue plus pour nous que par rapport aux autres. J’ai attendu le dernier bulletin météo d’hier pour opter vers le Sud et passer sous le DST des Casquets. Et ça a marché. Le souvenir marquant de cette deuxième étape ? Le passage sous les côtes anglaises avec beaucoup de vent sous gennaker avec 25-30 nœuds : je n’avais qu’un objectif, faire du cap à l’Est. Et puis un bon moment aussi au passage des Scilly : si la nature commence à gagner…
»

Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme), 2ème à Roscoff
« J’ai bien cru que j’allais gagner mais je n’avais pas compris qu’ils y en avaient qui faisaient le tour de la paroisse ! Je ne l’ai découvert que ce matin… Je ne suis pas déçu parce que je fais une bonne opération vis-à-vis de mes poursuivants directs au classement général. Armel (Le Cléac’h) va au moins prendre une heure. Je ne pouvais pas rêver d’une telle avance ! D’être dans le coup pour ces deux premières étapes, c’est génial.
Je suis un peu étonné, un peu ému parce que cela ne fait pas longtemps que je suis sur ce bateau. Mais cela fait huit ans que je fais La Solitaire du Figaro et j’ai eu l’occasion de faire d’autre type de voile. Et là, je me suis éclaté, surtout dans la piaule où le Figaro Bénéteau 3 est bien né, même si ça prend l’eau… Il est toujours véloce, agréable à mener. Et ça a envoyé quand on était sous spi pour la descente vers la Bretagne. Même dans les départs au tas, c’est facile à naviguer. Et on peut encore aller plus vite !
»

Xavier Macaire (Groupe SNEF), 3ème à Roscoff

« Quelle deuxième étape ! Ce n’était pas facile, c’était du travail ! On a notamment eu deux moments avec beaucoup de vent, il fallait beaucoup tirer sur le bateau, aller vite… Ce sont des moments difficiles à passer, il faut faire attention à ne rien casser et en même temps à ne pas perdre de places non plus. Les bateaux allaient très vite donc il suffit d’une petite erreur pour perdre tout de suite beaucoup de terrain. Ce sont des moments tendus où il faut réussir à garder le cap. Ça envoyait du lourd ! Dans la brise tu as intérêt à avoir tout anticipé parce que tu ne peux plus lâcher la barre. Et à croiser les doigts pour que ça ne dure pas deux jours… Et quand ça mollit, c’est la délivrance, tu peux enfin te reposer un peu, boire, manger, refaire ta navigation, éponger l’eau au fond du bateau.
Je suis content, ça s’est bien déroulé pour moi, notamment la nuit dernière avec ce bord de portant assez large pour traverser la Manche. J’ai fait de bons bords qui m’ont permis de doubler quelques bateaux, c’est bien. Arriver troisième, c’est une belle récompense. Ces étapes sont tellement folles que ce n’est pas parce que je fais un podium sur cette étape que ça veut dire quelque chose pour les suivantes. Mais je suis content de ce que j’ai produit et je ferai quand même un petit point sur le classement général provisoire demain. Mon objectif est de gagner des places au général, j’arrive troisième avec de l’écart, c’est une bonne opération. »

Share