FRENG

Actualités

Bordeaux-Gijon, par la mer et la route…

Publie le 05/06/2017

Au lendemain du départ de la 48e édition de La Solitaire URGO Le Figaro, les 43 skippers, après avoir enroulé la bouée ATT à Arcachon lundi matin, ont mis le cap vers l’île de Ré, tandis que préparateurs et organisateurs font route vers Gijon.

420 milles pour les uns, 600 km pour les autres. Il y a deux manières de rallier Gijon depuis Bordeaux. Par la mer, ce que font depuis dimanche, 16h30, les 43 skippers engagés sur La Solitaire URGO Le Figaro, via des marques de passage à Arcachon et au plateau de Rochebonne, au large de l’île de Ré, ou par la route, moyen de transport choisi par les préparateurs des marins. Certains, à l’instar d’Erwan Steff, qui épaule Yann Eliès (Queguiner-Leucémie Espoir), ont pris le parti de quitter les bords de la Gironde dès leur protégé lancé, histoire de prendre leurs marques en Espagne, d’autres comme Brice Villion, que se « partagent » Alexis Loison et Anthony Marchand, prendront la route mardi, l’intéressé étant basé sur Bordeaux.

Quant aux organisateurs, c’est également par la route qu’ils effectuent cette transhumance vers la côte cantabrique : un car transportant 28 personnes - organisateurs, mais également journalistes, membres du jury et de la production télé - a ainsi quitté Bordeaux tôt lundi pour Gijon, où il est attendu en fin d’après-midi. Deux camionnettes transportant le matériel nautique et de signalétique effectuent également ce trajet par la route, tandis qu’en mer, trois bateaux accompagnateurs suivent la flotte au plus près, l’un en tête, l’Etoile de Bob Escoffier, le second (Santorini) dans le peloton, le troisième (Kriter VIII), à l’arrière. Tout ce petit monde sera en tout cas à pied d’œuvre dans la nuit de mardi à mercredi, pour accueillir les 43 solitaires.

Tags

No tags were found

Share

Contenus similaires