FRENG

Actualités

Francis Le Goff : « C’est un peu la déprime ! »

Publie le 24/06/2019

Joint lundi matin, le directeur de course, à bord du bateau accompagnateur Etoile, fait une carte postale de la flotte de La Solitaire URGO Le Figaro qui évolue au portant dans du vent assez faible de sud-ouest et dans une véritable purée de pois.

« Bonjour à tous. Ambiance un peu morose ce matin. Pour savoir où sont les bateaux, on ne peut que se rabattre sur l’AIS et les sons, puisqu’on ne voit rien, nous avons à peine 150 mètres de visibilité, il faut que ça se lève, parce que c’est un peu la déprime ! Vous parlez en France canicule, nous, on est en polaire et les marins sont en ciré pour s’abriter du crachin. Dans ces conditions, il faut être très attentif, la zone de cargos est un peu moins dense ce matin qu’elle ne l’était hier, beaucoup échangent par VHF pour évoquer les positions.

Cette nuit, c’était vraiment pétole en milieu de Manche, il n’y avait rien, juste quelques risées qui faisaient progresser ici et là, avec un peu plus d’air pour ceux qui progressaient à la côte, ce qui leur a permis de rattraper leur retard. Il y a eu un grand regroupement de la flotte, avec des gens qui ont fait le tour de la paroisse par le sud, comme Corentin Douguet, et d’autres qui ont joué la côte et ont su la quitter au bon endroit pour quasiment croiser devant, Adrien Hardy, Pierre Leboucher, Eric Delamare et Tom Dolan. Joan Mulloy a aussi touché du vent, ce qui lui permet aussi d’être de nouveau dans le groupe, tout comme Benoît Hochard, qui n’a plus de spi depuis le grand bord vers Wolf Rock, mais est quasiment revenu. Donc à part une petite option radicale de Matthieu Damerval, on a notre groupe bien soudé et si je dézoome, j’ai une grosse masse verte entre le DST et Dartmouth.

En ce moment, la mer est bien rangée et le vent de sud-ouest est heureusement rentré, ils sont au portant, ça empanne de nouveau pour repartir vers le large du côté du DST des Casquets, mais ça ne progresse pas très vite, les bateaux avancent au portant à 8 nœuds. Il faut encore une quinzaine d’heures pour aller à Owers, je ne vois pas beaucoup de vent à venir, ça s’annonce une très longue journée avec des périodes en début d’après-midi où il y aura 5-6 nœuds. Dans ces conditions, il n’y a pas de grosses options qui se dessinent, il faut juste jouer au mieux avec le courant. Bonne journée ! »

Tags

No tags were found

Share