FRENG

Actualités

En attendant la cartouche

Publie le 05/06/2017

Damien Cloarec (Saferail) a effectué un bon début de première étape en se faufilant entre les bancs de l’estuaire de la Gironde, puis sur le long bord nocturne sous spinnaker : dans une brise d’Ouest, il se prépare au coup de vent de la nuit prochaine…

« Ça se passe pas trop mal depuis le départ de Pauillac et ce midi, on se prépare à la baston de la nuit prochaine ! Depuis le début, le vent est assez instable en force et en direction, ce qui fait que je n’ai réussi à dormir que dix minutes la nuit dernière par tranches de deux à cinq minutes… C’est pourquoi j’en profite pour faire quelques siestes en ce moment. Côté alimentation, c’est plutôt du grignotage, des fruits secs, des céréales mais surtout j’essaye de bien boire parce qu’on va se faire brasser ! Pour l’instant, c’est une superbe régate mais cela risque de se transformer plus en gestion de sécurité qu’en course. Nous avons encore quatre-vingt milles à faire pour atteindre la bouée du plateau de Rochebonne, ce qui nous porte à 22h00 environ là-haut. Je me suis préparé : j’ai roulé les cagnards, j’ai tout bien rangé à l’intérieur, j’ai stocké mes vêtements secs et les voiles d’avant sont prêtes à sortir… Et j’ai même passé deux bosses de ris parce qu’il est prévu des rafales jusqu’à 45 nœuds. L’idée directrice, c’est de ne pas abimer le matériel et d’arriver à Gijón en forme. Comme on attend toujours la bascule au Sud-Ouest, on navigue au vent de travers et on en profite pour faire de petites pauses. Mais pas trop parce que les autres vont vite et il faut être sur les réglages… »

Share

Contenus similaires