FRENG

Actualités

Guyot Environnement s’engage au côté de Pierre Leboucher

Publie le 23/11/2017

Déjà engagé auprès du Pôle France de Brest qui organise l'entraînement, la préparation physique, ainsi que le suivi médical, la coordination et le suivi des études en convention avec des établissements scolaires et universitaires des athlètes olympiques, Guyot environnement décide aujourd’hui d’aller plus loin dans sa démarche en offrant l’opportunité à un spécialiste de la voile légère de faire ses armes et de performer dans le domaine de la course au large. En effet, le leader régional et indépendant dans la valorisation des métaux et déchets industriels a choisi d’accompagner Pierre Leboucher, double champion du Monde de 470 et représentant de la France aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, sur le circuit Figaro Bénéteau pour la saison 2018.

« Entre Guyot Environnement et la voile, l’histoire n’est pas nouvelle. Pour nous, ce sport est un support formidable de communication, en externe comme en interne. Nous avons épaulé pendant quatre saisons Vincent Biarnès et parallèlement, nous nous sommes engagés auprès du Pôle France de Brest qui accompagne les coureurs de séries olympiques. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, nous avons décidé de nous associer à un jeune issu de cette filière et de l’aider à se lancer dans le monde de la course au large », explique Erwan Guyot, Directeur général de Guyot environnement, entreprise spécialisée dans la récupération, le traitement et la valorisation des déchets en Bretagne. Son choix s’est ainsi naturellement porté sur Pierre Leboucher. Le Nantais, sacré à deux reprises vice-champion du monde 470 (en 2012 avec Vincent Garros, puis en 2013 avec Nicolas Le Berre), représentant de la France aux J.O. de Londres 2012, affiche, de fait, un profil idéal d’autant qu’il a déjà l’expérience d’une première année sur le circuit très exigeant des Figaro Bénéteau qu’il lui a permis de prendre la température. « Passer de l’olympisme à la course au large, c’est un vrai virage. Bien sûr, on est à bord d’un bateau, on est sur l’eau, mais le large, est une autre approche, les courants, la météo, la houle, ... C’est un bon challenge et il est vrai que quelque part, je me mets en peu en danger mais ce n’est pas grave. Le but, c’est d’avancer, d’apprendre et de progresser », note Pierre, conscient toutefois d’avoir acquis des bases extrêmement solides pour son nouveau défi ces dernières années.

Beaucoup à apprendre mais de gros atouts en poche

« L’olympisme est une très bonne école. Il fourni de bonnes armes, à commencer par la rigueur, la capacité à savoir mener un projet et à bien s’entourer, ou encore un fond de préparation physique important. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si de très nombreux grands marins (François Gabart, Franck Cammas, Yann Guichard…) sont passés par là », détaille Pierre, fort aujourd’hui de dix années en équipe de France et des épreuves internationales au plus haut-niveau. « J’ai toutefois encore beaucoup à apprendre au large pour rivaliser avec les vieux loups du circuit qui comptent des années et des années d’expérience sur le support. De mon côté, j’ai pas mal de nouveaux dossiers à gérer et à intégrer, comme le fonctionnement du pilote automatique, la gestion de la vie en mer ou la météo à grande échelle, par exemple. C’est tout bête mais ce n’est pas rien », note le nouveau skipper de Guyot Environnement qui comptera également sur le soutien d’Ardian pour la saison prochaine. Une saison qui comptera quatre épreuves : la Solo Maître Coq (du 12 au 18 mars), la Solo Concarneau (du 3 au 8 avril), la Transat AG2R LA MONDIALE (du 13 avril au 13 mai) puis La Solitaire URGO Le Figaro (du 20 août au 16 septembre). « L’AG2R et la Solitaire sont clairement mes principaux objectifs. J’espère réussir à jouer régulièrement dans le Top 10 et à accrocher autant que possible des places dans les trois premiers », termine Pierre Leboucher qui sait se donner les moyens de ses objectifs et qui compte bien le prouver.

Tags

No tags were found

Share

Contenus similaires