FRENG

Actualités

INTERVIEW // Anthony Marchand : “L’adrénaline fait tenir”

Publie le 18/06/2019

Deuxième de la troisième étape de La Solitaire URGO Le Figaro derrière Alexis Loison et devant Gildas Mahé, pour l'instant les grands gagnants avec lui de cette grande boucle de 410 milles autour de Roscoff, Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) a pu être joint assez longuement.

On t’a vu retirer des algues ce matin sous ton Figaro Bénéteau 3, y en a-t-il beaucoup ?
Non, pas tant que ça, mais j’avais une longue laminaire dans la quille, je ne sais pas comment je l’ai chopée, il n’y avait rien au passage de la bouée de Hands Deep. J’ai fait une corde à nœuds, sorti la canne à algues, ça ne marchait pas, dans ce cas, la seule solution, c’est la marche arrière et si tu n’as pas de bol et que l’algue s’enroule autour de la quille, c’est de plonger. Heureusement, elle est partie. Après autour d’Ouessant, ça sera sans doute plus délicat, c’est possible qu’on soit de nuit, qu’il y ait plus de vent, c’est sûr que c’est une zone où il y en a plus. Dans les foils comme le profil est asymétrique, ça part en général tout seul, l’algue se chasse naturellement, sur les profils symétriques comme les safrans, c’est assez simple, tu retires avec la canne à algues, pour la quille, c’est vraiment galère.

As-tu eu le temps de dormir un peu ?
Oui, j’ai essayé hier soir avant la molle pour être un peu frais, c’est peut-être ce qui m’a permis de passer Gildas (Mahé), mais, je n’ai pas fait beaucoup de dodos. C’est l’adrénaline qui fait tenir, c’est sûr qu’à la troisième étape, ça commence à tirer, on ne récupère jamais notre sommeil à 100% entre deux étapes, on est de plus en plus en déficit, ça pique un peu.

Comment se passe le match à trois avec Alexis et Gildas et regardes-tu ce qui se passe derrière ?
On a notre petite bataille entre nous trois, le but, c’est d’essayer de rattraper et de passer Alexis. On va essayer de se positionner entre nous, de tactiquer correctement, après, ce qui va se passer avec les autres concurrents, on verra une fois la ligne d’arrivée passée, j’essaie de ne pas trop penser à ça, même si c’est dans un coin de la tête. Mais c’est sûr que ça fait plaisir de récupérer et de gommer les quelques heures perdues bêtement sur la première étape.

Le fait d’être à trois permet-il d’aller plus vite ?
L’avantage, c’est que ça permet de mieux tactiquer, on peut visualiser les alignements, vorr qui gagne un peu entre nous et se recaler, alors que quand tu navigues tout seul, tu n’as pas de lièvre qui te permet de voir si tu fais le bon bord, le fait d’être à trois permet de continuer à faire une belle échappée.

Qu’as-tu pensé de la réduction de parcours ?
Je trouve ça bien, parce que les conditions sont un peu incertaines, ça ferait arriver certains très tard, avec pas beaucoup de récup à Roscoff.

Tags

No tags were found

Share