FRENG

Actualités

Le trait des Bœufs

Publie le 17/06/2019

Sur la route entre la bouée Le Videcoq et Aurigny se niche le plateau des Bœufs, un obstacle de roches découvrantes qu’il faut parer par l’Est ou par l’Ouest. C’est là qu’une première césure s’est créée entre le leader Alexis Loison suivi par Gildas Mahé et Michel Desjoyeaux entre autres, et Xavier Macaire talonné par le gros du peloton. Les solitaires anticipent la renverse de courant et surtout la molle annoncée pour ce lundi après-midi.

Croire que la première nuit de mer fut de tout repos serait mettre la charrue avant les Bœufs ! Ce plateau rocheux mal pavé qu’il faut négocier en ce petit matin ensoleillé. Ces excroissances terrestres qui découvrent leurs dentelures acérées au bas de la marée. Ce confetti de granite sis entre le havre de Blinville et La Rousse de Jersey. Et alors que le leader Alexis Loison suivi par quatre mousquetaires (Mahé, Desjoyeaux, Marchand, Péron) et un électron libre (Loïck Peyron) a choisi de rester plus à terre, Xavier Macaire (Groupe SNEF) et ses poursuivants ont opté pour une voie plus occidentale en serrant encore plus le vent sous spinnaker. Il faut dire que le long des côtes du Cotentin, la brise de Sud-Ouest à Ouest s’est affaiblie à une dizaine de nœuds et que la marée montante encore favorable n’en a plus pour très longtemps.

Sortir du joug

Car ce sont bien les îles anglo-normandes qui devraient provoquer une dispersion de la flotte une fois Jersey débordée. La Manche va se mettre à perdre ses eaux et à retirer son manteau bleu des moult escarres plantées dans ses bras multiformes : le paysage va ainsi radicalement changer en quelques heures dans ce coin qui connaît l’une des plus fortes amplitudes de la marée. Et avec 2,50 mètres de tirant d’eau, un Figaro Bénéteau 3 ne passe pas partout sans prudence… Or après le plateau des Bœufs, c’est celui des Ecréhou qu’il faudra éviter, pour embouquer le passage de la Déroute, un nom prémonitoire ? Car c’est bien la problématique du jour : comment se positionner pour aborder ce qui s’annonce comme un passage à niveau, un blocage certes temporaire, mais de quatre heures au minimum, lorsque le vent va s’en aller ?

Alors quel trait sur la carte pour passer les Bœufs ? Le chenal occidental comme le vise le peloton, ou le passage oriental qu’a choisi le leader, le local de l’étape Alexis Loison (Région Normandie). Dans le premier cas, les gennakers ont remplacé les spinnakers quand le vent s’est mis à prendre un peu de droite, c’est-à-dire devenir plus Ouest. Dans le deuxième cas, la manœuvre a pu être retardée ce qui n’a fait qu’accroître (légèrement) le gain, du moins en latitude vis-à-vis de Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme) nouvel ouvreur du chemin anglo-normand. Mais c’est le joug mental de ce nœud gordien que la renverse de marée va trancher : sera-t-il encore possible d’étaler le courant contraire du jusant pour contourner l’île d’Aurigny ? Réponse en début d’après-midi si la brise n’a pas décider de se mettre à la grève… au lieu de rester au large !

Share