FRENG

Actualités

Les bleus en verve

Publie le 07/06/2019

Depuis des lustres, les « rockies », les « bleus », les « bizuths » n’ont jamais été aussi percutants sur une étape de La Solitaire Urgo Le Figaro ! Pas moins de cinq « novices » dans les vingt premiers et un exploit qui rappelle celui de Laurent Bourgnon en 1988, avec la deuxième place de Tom Laperche à Kinsale… La nouvelle génération vient rebattre les cartes de cette cinquantième édition.

Qui aurait imaginé que les trentenaires spécialistes de l’épreuve allait se faire inquiéter par la nouvelle génération venue de la monotypie, de la régate côtière, du grand large, de l’olympisme, de la Mini-Transat ou autre. Car c’est bien cette variété de parcours qui marque ces jeunes talents qui n’ont plus aucun complexe vis-à-vis des références de la voile. Qu’ils soient champions du monde, rois du match-race, stars de la Route du Rhum ou vainqueurs d’un tour du monde, peu importe ! L’essentiel est de montrer et de se démontrer que « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».

Nouveaux algorithmes

Alors qu’un certain nombre de favoris s’est pris les pieds dans le tapis irlandais, alors que les « the revenants » font des éclats plus lumineux que les étoiles d’une nuit sans lune, voici que les « bleus » se permettent de titiller les meilleurs spécialistes d’une classe Figaro en pleine révolution. À support nouveau, génération nouvelle ! Alors quand Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) se permet de mettre la pression jusqu’à la ligne d’arrivée à un ancien vainqueur de La Solitaire URGO Le Figaro (Yoann Richomme), quand il s’autorise à déborder un ancien de l’Équipe de France de 470 (Pierre Leboucher) entre Fastnet et arrivée, voilà qui doit inquiéter nombre de coureurs installés dans leur zone de confort !

Car il n’y a plus de fondations stables avec cette cinquantième édition et son nouveau support, le Figaro Bénéteau 3 que tous s’accordent à trouver « fun », « vivant », « complexe », « pas finalisé encore », mais surtout capable d’accélérations inédites sur ce circuit et plus exigeant pour en tirer la quintessence. Il faut être dessus tout le temps et surtout, il ne faut pas se rater quant à la voie à prendre. Des certitudes, voilà peut-être ce qui manquent à certains. Balayer le doute, croire en soi, prendre le présent à bras le corps, suivre ses schémas et connaître déjà les zones rouges à éviter, sont probablement les nouveaux algorithmes.

De l’entraînement à la réalité

Car ce qui importe n’est pas la résolution de problèmes déjà dépassés, mais l’anticipation de nouvelles approches. Prendre ce que les coaches des Centre d’Entraînement proposent mais conserver ses atouts, écouter ce que suggèrent les « anciens » tout en gardant la capacité du tri, appréhender les jeux virtuels pour mieux comprendre la réalité du terrain, enregistrer les contradictions en conservant ses fondations, s’ouvrir à un monde global en gardant le sens local : les vieux éléments de comparaison n’ont plus lieu d’être.

C’est cette démarche sans a priori, cet esprit d’ouverture qui ne nie pas les valeurs initiales, cette décontraction apparente qui cache une détermination sans faille, que ces scores à Kinsale démontrent. Il reste certes trois étapes et pas des plus simples pour confirmer que ce « baby boom » n’est pas un effet « pschitt », que les meilleurs « bleus » sont bien verts et qu’ils ne tomberont pas en zone rouge, que la variété des conditions d’une Solitaire URGO Le Figaro conviennent à cette génération 3.0 ! D’ores et déjà, les « sangliers » de l’épreuve vont devoir prendre en compte les « marcassins » de la course.

Et à l’issue de cette première étape marathon, le classement provisoire est ainsi :
1-Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) 2ème au classement général provisoire en 4j 03h 36’ 21’’
2-Benjamin Schwartz (Action contre la faim) 10ème à Kinsale en 4j 04h 26’ 23’’
3-Sébastien Marsset (Handicap Agir Ensemble) 15ème à Kinsale en 4j 04h 47’ 17’’
4-Conrad Colman (Ethical Power) 17ème à Kinsale en 4j 05h 35’ 15’’
5-Matthieu Damerval (Klaxoon-M) 18ème à Kinsale en 4j 05h 41’ 02’’
6-Henri Leménicier (Eureka) 21ème à Kinsale en 4h 07h 07’ 43’’
7-Clément Commagnac (Grain de sable) 25ème à Kinsale en 4j 11h 59’ 18’’
8-Achille Nebout (Le grand réservoir) 36ème à Kinsale en 4j 13h 04’ 45’’
9-Alberto Bona (Sebago) 41ème à Kinsale en 4j 15h 28’ 21’’
10-Robin Marais (Ma chance moi aussi) 44ème à Kinsale en 4j 17h 44’ 44’’

Abandons-Joan Mulloy (Believe in Grace-Businesspost.ie) et Cassandre Blandin (Klaxoon-C)

Share