FRENG

Actualités

Les spis éclosent !

Publie le 05/06/2017

Avant même le midi de ce lundi de Pentecôte, certains solitaires ont déjà envoyé le spinnaker : ceux qui sont les plus au vent de la flotte et ceux qui sont les plus en arrière ! Les prémices d’une bascule qui continue à virer vers le Sud-Ouest, annonciatrice d’un renforcement de la brise cet après-midi…

Beau temps, belle mer : qui pourrait imaginer que d’ici la fin de cette journée, les conditions vont se dégrader au point de rendre la progression de la flotte vers Gijón, sinon laborieuse du moins très agitée ! Le ciel reste encore bleuté avec quelques voiles de cirrus en altitude et de petits cumulus plutôt signes de situation paisible. Et pourtant, ces cotons nuageux ont bien la fâcheuse tendance à s’agglutiner alors qu’une longue et puissante houle de Nord-Ouest ballotte les Figaro Bénéteau 2 dans un flux d’Ouest à Sud-Ouest d’une dizaine de nœuds.

Au vent de la bouée ?

Nicolas Lunven (Generali) premier au passage de la bouée ATT Arcachon ne s’est pas posé de questions : dans cette brise instable et molle, il s’est contenté de la route directe et n’a effectué qu’un tout petit recalage vers l’Ouest quand nombre de ses concurrents ont opté pour un virement, histoire de prendre du large sur un bord plus ou moins long. Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) un moment en tête de gondole a ainsi dû redescendre d’un étage quand le leader d’Arcachon s’est tout simplement glissé à son vent, grâce à sa redoutable vitesse. Et Alexis Loison (Custopol) en a fait de même dans son sillage tandis que Damien Cloarec (Saferail) s’immisçait dans le pack de tête par une route sous le vent…

Clairement, anticiper les zones de brise et de bascules n’étaient pas d’une évidence folle et chacun a eu « son midi à 14h » selon son positionnement sur le plan d’eau. Mais sans conteste, un groupe de navigateurs ont choisi de pousser la barre plus vers l’Ouest afin de se retrouver au vent, là où la brise commence d’abord à basculer et donc à permettre d’envoyer le spinnaker, même si celui-ci est encore très serré.

De fait, les quarante-trois skippers de cette première étape de La Solitaire URGO Le Figaro rentrent dans le match avec cette nouvelle donne : un long bord portant vers la bouée du plateau de Rochebonne. Éric Péron (Finistère Mer Vent), Gildas Mahé (Action contre la faim), Thierry Chabagny (Gedimat)… sont ainsi parmi les premiers à anticiper ce vent nouveau qui souffle sur le golfe de Gascogne. Or avec une flotte de trente bateaux regroupée en six milles, la route vers Gijón est encore très ouverte : seule Nathalie Criou (Richmond Yacht Club Foundation) qui venait juste de virer la bouée arcachonaise à 11h00, est décrochée à près de vingt milles.

Share

Contenus similaires