FRENG

Actualités

Nicolas Hénard : « Une 50e exceptionnelle »

Publie le 27/06/2019

De passage ce jeudi sur le village de La Solitaire URGO Le Figaro à Dieppe, le président de la Fédération française de voile Nicolas Hénard a évoqué la 50e édition qui a couronné Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme).

Avez-vous suivi cette Solitaire URGO Le Figaro et qu’en avez-vous pensé ?
Oui, bien sûr, j’ai fait partie des nombreux accros à la cartographie que j’ai sans cesse consultée sur mon smartphone, il ne faut pas trop le dire ! Cette 50e édition a été exceptionnelle avec de très nombreux rebondissements. D’habitude, cela se joue en secondes ou en minutes, là, on a eu des écarts qui se comptaient en heures avec des bouleversements au classement sur chaque étape qui ont mis en avant les valeurs de ténacité et de combativité. Ceux qui se disaient qu’ils n’étaient plus dans le coup parce qu’ils avaient une heure de retard ou plus se sont trompés, il y a quasiment toujours eu la possibilité de revenir avec de nombreux passages à niveau. C’était génial à suivre.

Un mot sur la victoire de Yoann Richomme ?
C’est un Français qui a désormais une deuxième étoile sur son maillot bleu, après sa victoire en 2016. Son histoire est belle parce que ce n’était pas forcément prévu qu’il soit là et il a su saisir l’opportunité qui lui a été offerte pour s’entraîner, faire le boulot et gagner.

Le format des étapes de cette Solitaire ressemble un peu à celui de la nouvelle épreuve de course au large olympique qui sera introduite au programme des Jeux de Paris 2024, on peut s’attendre à ce genre de scénario dans cinq ans à Marseille ?
Oui, sauf que ce sera un one-shot, il n’y aura qu’une étape. S’il y a un passage à niveau, ce ne sera plus possible de se refaire. Ce sera en Méditerranée, départ Marseille, tour de Corse et on revient, ça durera sans doute trois-quatre jours et deux-trois nuits non-stop, soit l’épreuve olympique la plus longue de l’histoire des Jeux. Nous sommes en train de réfléchir à un format avec le Comité olympique et le Comité d’organisation des Jeux olympiques dirigé par Tony Estanguet.

Peut-être que l’un des 47 skippers de cette 50e édition de La Solitaire sera sacré champion olympique ?
Je ne peux que leur souhaiter. Je souhaite surtout que ce soit un tandem français qui soit sacré. Nous sommes une nation de marins, très présente dans le monde de la voile, à la fois sur la voile olympique, sur la course au large, sur la Coupe de l’America, sur SailGP en ce moment. La course au large est une discipline française, on a bon espoir de placer un équipage mixte sur la plus haute marche du podium à Marseille.

Tags

No tags were found

Share