FRENG

Actualités

Paroles de bizuths : Pierre Leboucher

Publie le 02/06/2017

Après des années dédiées au 470, le skipper d’Ardian, 36 ans, se lance au large. Sans appréhension mais avec des interrogations…

Pourquoi la Solitaire URGO Le Figaro ?
Parce que c’est une course que je ne connaissais pas, c’est un nouveau défi pour moi.

L’olympisme, c’est derrière ?
Pour l’instant, oui. C’est tellement d’investissement et de temps qu’à un moment, il faut laisser la place aux jeunes qui sont en plus très bons.

Quelles sont vos attentes ?
Apprendre la course au large, un milieu complètement différent de ce que je faisais avant, découvrir la navigation en solitaire, me confronter à des marins d’expérience. Sportivement, je ne connais pas trop mon niveau, ni celui des autres. Comme je ne sais pas ce que je vaux, c’est difficile de me fixer un objectif autre que celui de naviguer propre, avec les autres. Je pense que je vais prendre pas mal de plaisir à faire ça.

Des appréhensions ?
Plus des interrogations que des appréhensions : est-ce que je vais tenir sur la durée ? Jusqu’où vais-je me mettre mal ? Est-ce qu’il faut aller à fond au début ? Le plus dur va être la gestion de l’effort tout au long de la course. J’ai aussi des interrogations liées au fait qu’il y a des conditions dans lesquelles je n’ai pas navigué, donc des manœuvres que je n’ai pas faites dans ces conditions… C’est un peu un saut dans l’inconnu pour moi !

Tags

No tags were found

Share

Contenus similaires