FRENG

Actualités

PAROLES // Frédéric Duthil (Technique Voile),  dixième à Saint Gilles Croix de Vie

Publie le 12/09/2018

« Les conditions étaient belles pour observer la nature mais à la fois on n’a fait que du près. C’était pas fatigant cette étape, je n’ai mal nulle part, alors avec mon âge, c’est un signe ! Ce qui fatigue, c’est les manoeuvres, les gros changements. Là, c’était assez linéaire. Pour une étape de 4 jours, c’est passé assez vite. C’était surtout hasardeux au moment de la dorsale. Le long de l’Espagne, c’était assez technique pour tirer son épingle du jeu avant la grande traversée. J’ai trouvé le différentiel de milles avec Thierry important, donc j’avais un peu de doute. En fait on n’avait pas de position. Depuis qu’on a l’AIS, ils ne donnent plus les positions à la vacation. j’ai failli la demander à la direction de course ! Ce qui me faisait peur, c’était le retour gauche à la fin où il était mieux positionné que nous. Ça aurait pu faire plus mal, d’ailleurs ça a failli passer Joli coup monsieur Chabagny ! Sébastien a une belle vitesse mais ce n’est pas ça qui a fait la différence hier matin. On était un petit groupe bord à bord, à quelques centaines de mètres. Il est parti et pas nous. A quoi c’est dû, je ne sais pas mais on est restés coincés avec Charlie (Dalin) et Antho (Marchand), une sorte de concours de circonstance. Après, avec trois milles d’avance, il nous avait en visu et comme il va bien, ce n’était pas compliqué de contrôler notre petit paquet.

Maintenant, ce n’est pas encore fait au général. 35 minutes, sur une petite étape, c’est à la fois beaucoup et il peut se passer plein de choses. Si les conditions sont claires, sans gros chamboulement de vent, il va bien naviguer, il va vite et il est en confiance. Si les conditions sont plus piégeuses, avec de la molle du courant, il faut faire attention. 35 minutes, c’est 1 à 2 milles à l’arrivée si ça pétole… »

Tags

No tags were found

Share