FRENG

Actualités

Viser les étapes

Publie le 14/06/2019

Jérémie Béyou ne semble plus en capacité de monter sur la plus haute marche du podium suite à sa contre-performance en Irlande. Mais il reste encore deux étapes et donc l’opportunité pour le skipper de Charal d’égaler Jean Le Cam et Yann Eliès, victorieux par dix fois lors d’une étape.

« Cette cinquantième édition de La Solitaire URGO Le Figaro a très mal commencé pour moi ! 26ème à Kinsale… Avec quasiment 8h30 de retard sur Yoann (Richomme). Ça fait mal. Parce que je n’ai pas le sentiment d’avoir mal navigué. Ce n’était pas la bonne option mais je l’ai payée au prix cher. J’aurais mérité de prendre une heure de retard, mais là, le scénario compromet toutes mes chances au classement général final. Il faut que je continue à bien naviguer et montrer ce que je sais faire. Comme sur la deuxième étape où je finis cinquième. Dans le coup du début à la fin. Je me suis fait prendre sous un grain avant les Scilly, encore pas trop mérité ! Mais derrière, j’ai quand même réussi à revenir soit à faire du gagne-petit, soit à faire de belles options comme sur la descente de la Manche sous spi en passant au Sud du DST des Casquets.

Je reprends mes marques et je suis effectivement plus à ma place, enfin je l’estime, autour de la 5ème qu’autour de la 25ème. Là je suis quinzième au classement général provisoire avec 9h 43’ 57’’ de retard sur le premier ! C’est dramatique. Avec deux autres étapes, je peux peut-être récupérer du temps sur un concurrent, mais pas sur tous ceux qui sont devant moi… Certes, ça brasse bien au classement et il y a des skippers qui sortent du jeu d’un seul coup. Mais quand même ! De toutes façons, je ne regarde pas le général : l’idée, c’est de faire de belles étapes en essayant de naviguer aux avant-postes. Et après alea jacta est…

Il va falloir prendre deux bons départs, être dans le bon paquet rapidement, tirer les bons bords, prendre de bonnes options, se battre quand ça ne va pas, sortir la moindre algue quand il y en a, être au taquet, quoi ! Et parfois il y aura des opportunités qui vont s’ouvrir : il faudra être vigilant. Il faut conserver sa manière de naviguer : ce n’est pas la peine de changer son fusil d’épaule pour claquer une manche. Et puis, il y a un bon challenge : gagner les deux dernières étapes pour cumuler dix victoires, comme Jean Le Cam et Yann Éliès… »

Share