FRENG

Actualités

ZOOM // L’instant AG2R LA MONDIALE avec Aymeric Rabadeux - épisode #7 : Les bienfaits d’une séance de kiné/osthéo

Publie le 11/09/2018

Une séance de soin peut revêtir plusieurs facettes, il peut s’agir d’un massage, d’un strapping, d’étirements, d’une manipulation, ou d’une prise en charge globale ostéopathique.

En physiothérapie, aux escales, le meilleur remède reste le massage. Celui ci permet de détendre le muscle, il y a d’abord un effet thermique, l’augmentation de température permet le relâchement, ensuite le pétrissage permet de récupérer la longueur des fibres pour ne pas laisser naître des contractures, et réorganiser les fibres meurtries par l’effort de trois jours, les pressions glissées favorisent le retour veineux et donc la circulation, entrainent une meilleure oxygénation tissulaire. L’ostéopathie fonctionnelle et aponévrotique va dans le même sens en détendant au maximum les structures de soutien (tissu conjonctif, aponévroses), la circulation sanguine peut alors être optimale et le corps lui même est capable de réparer les tissus lésés, par apport de cellules de l’immunité.

Les étirements, la relaxation, le yoga participent à cet objectif de détente et de récupération.

Le ressenti par le patient est tout autre. En premier lieu, lui il vient avec une plainte et veut la voir disparaitre, l’indolence ou l’amélioration des signes cliniques sont des critères objectifs pour lui. En second lieu, il vient rechercher du bien être. Par nos techniques, le corps se relâche progressivement, se redresse tranquillement ce qui procure une sensation de bien être et de légèreté. Il peut aussi venir chercher du réconfort au travers d’une écoute attentive, non jugeante et bienveillante. Il vient pour repartir dans les meilleures conditions à l’étape suivante. Il peut arriver qu’un mauvais résultat sportif soit dû à un problème physique, à une incapacité à effectuer un geste précis, parfois le mental prend le dessus et c’est à l’arrivée que la blessure apparaît, parfois non.

La complicité entre le soignant et le soigné est essentiel, il s’agit d’une rencontre, le thérapeute écoute avec tous ses sens, ce que le patient dit, donne, livre. S’il n’y a pas d’échange, il n’y a pas de soin. Le travail ostéopathique tel que je l’entends est un travail d’accompagnement, le thérapeute suit la direction du mouvement donné par le patient, la confiance doit être totale. Si le thérapeute impose des techniques ou si le patient se renferme parce qu’il n’est pas à l’aise, le soin sera un echec.

« Si tu ne mets ton esprit dans tes mains, dix mille techniques ne serviront à rien » Yamaoka Tesshu.

Je me souviens d’un skipper à Gijón, qui,le matin même du départ s’était bloqué le dos, incapable de bouger, de marcher….donc incapable de naviguer. Nous avions déjà tout rangé pour que le matériel parte à l’étape suivante. Nous étions quatre, nous avions deux heures pour tenter de le faire rallier le départ. Il n’a pas fini dernier de l’étape, dans ce cas là, un petit mot avec le directeur de course est essentiel pour qu’il surveille la trajectoire du bateau un peu plus souvent que les autres et être prêt à anticiper une intervention. L’an dernier, un des prétendants à la victoire finale, qui me dit un soir à 20h, la veille du départ de la dernière étape, presque en s’excusant qu’il s’est bloqué le dos et qu’il n’a pas osé venir nous voir. La demande de soin est une manière de se libérer de quelque chose, de transmettre le problème à quelqu’un d’autre. Le fait de se prendre en charge, de faire la démarche seul de prendre un rendez vous médical améliore déjà grandement les signes cliniques. Beaucoup de gens se reconnaitront dans cet exemple, combien de fois dans une salle d’attente d’un médecin les symptômes disparaissent et on se demande si on a encore besoin de la consultation. L’empathie et l’attention permettent de partager la peine et de soulager la douleur.

Les bienfaits peuvent être à plus long terme, sur ce que l’on peut apporter à un sportif de haut niveau en terme de conseil d’hygiène de vie, de nutrition, d’hydratation de physiologie. Tout travail corporel renforce l’image mentale de notre corps et de sa conscience dans l’espace, pour un skipper, ce genre de séance devrait être une obligation à chaque escale. Les prétendants à la victoire ne s’y trompent pas et sont souvent les plus assidus aux soins.

Personnellement, soigner des skippers de La Solitaire Urgo Le Figaro, m’apporte beaucoup en terme de techniques, d’engagement, de persévérance et d’humilité. De plus, nous avons le privilège de comprendre la régate au mieux, expliquée par les skippers, décrivant les tournants de chaque étape, les points clés, les erreurs, l’observation des concurrents endormis, les chutes, les casses matérielles…., ces anecdotes valent de l’or pour celui qui aime la course au large.

Découvrez le spot vidéo dédié à la nutrition en cliquant ici.

Tags

No tags were found

Share